KidsTrotters.be

KidsTrotters.be

Livres pour les grands


Cartes postales de Grèce - Victoria Hislop

 217D71E9-9F34-4847-B8B0-316ED23CFA0C.jpeg

 

Je suis une grande fan des romans de Victoria Hislop, cette auteure anglaise amoureuse de la Grèce et qui raconte, dans ses livres. des récits de vie, des anecdotes, ... qui montrent qu’elle connaît bien le pays, un pays qu’on affectionne particulièrement!

 

Comme un de ses précédents romans « Une nuit en Crête », l’auteure nous propose différentes nouvelles, entre passé et présent, reliées entre elles par un fil conducteur... 

 

Le résumé de Babelio:

 

«  Dans sa boîte aux lettres, Ellie trouve, semaine après semaine, des cartes postales signées d'une simple initiale : A. Ces cartes ne lui sont pourtant pas destinées. Pourquoi lui parviennent-elles ? Qui est l'expéditeur ? Mystère. Portant l'éclat du ciel grec et l'eau cristalline de la mer, ces missives sortent la jeune femme de sa morosité quotidienne et de la grisaille londonienne. Un jour, elles cessent cependant d'arriver. Ellie se sent délaissée, privée de cette bouffée d'oxygène qui la faisait rêver et voyager. 

 

Elle prend alors une décision : découvrir ce pays par elle-même. Le matin de son départ, Ellie reçoit un carnet par la poste. L'odyssée d'un homme, le fameux A, y est racontée. Celui-ci observe avec tendresse et générosité les Grecs, leurs coutumes, et ce qui fait le sel de leur quotidien. Derrière ses observations et ses savoureuses anecdotes se dessine le portrait d'un homme blessé. Pourrait-il encore croire en l'amour ?

 

Mes impressions:

 

De Patras à Thessalonique en passant par Nauplie et l’île d’Argos, ces cartes postales nous emmènent sur les traces d’un amour impossible et d’une (ou plusieurs) renaissance.s. Les récits soulignent la générosité des Grecs, malgré la crise qui touche le pays, et leur riche Histoire.

 

J’ai apprécié ce dernier roman de Victoria Hislop, on y retrouve son habituel mélange entre faits historiques et romancés. Les pages ornées de bleu, les cartes postales et photographies en noir et blanc nous invitent au voyage!

 

F72830B2-AE63-4F84-8F9B-F5522A96F019.jpeg

 


17/06/2018
0 Poster un commentaire

La librairie de l’île - Gabrielle Zevin #2018-15

B186D91C-4E81-4C7B-BC97-FE628E5CC5F1.jpeg

 

J’aime les livres qui parlent de livres: La bibliothèque des cœurs cabossés, L’amour est à la lettre A, L’ombre du vent, ... J’avoue, j’aurais bien aimé travailler dans une petite librairie...

 

J’aime aussi beaucoup les livres où le personnage plaque tout pour aller ouvrir une petite boutique dans un endroit improbable: La petite boulangerie du bout du monde et la suite : Une saison à la petite boulangerie, La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane et la suite: Les divines glaces à l’italienne d’Anna (mes lectures de l’été 2017), ...

 

La librairie de l’île m‘a donc attiré... Et ce fût un avant-goût (de lecture) d’été. 

 

En résumé: 

 

A.J. Fikry a l'un des plus beaux métiers du monde : il est libraire sur Alice Island dans le Massachusetts. Il traverse une mauvaise passe suite au décès de sa femme et depuis qu‘on lui a dérobé une édition originale et précieuse. Les ventes de livre périclitent. Un soir, il découvre un bébé dans les rayons de sa librairie, abandonné là avec un mot :  « Je tiens à ce qu’elle grandisse entourée de livres et de gens pour lesquels la lecture compte » ...  

 

Chouette moment passé à la lecture de ce bouquin, un roman léger et agréable à lire autour de la lecture et de l’écriture, deux univers que j’apprécie. J’ai beaucoup aimé les « fiches de présentation » des livres à chaque début de chapitre, fragments de sa vie laissés à sa fille.

 

Vous avez des livres qui parlent de livres/librairies/boutique du bout du monde à me conseiller?


03/06/2018
0 Poster un commentaire

Les souliers vernis rouges - Stella Vretou #2018-14

613D83E9-D11A-469F-AC44-4D3484608B7D.jpeg

 

Si vous nous suivez, vous savez que la Grèce est notre pays de ❤️, le pays où nous avons la chance de passer tous nos étés... 

Cap sur la Grèce du Nord 

 

J’aime, tout au long de l’année, lire des romans et ceux qui ont la Grèce en toile de fond me plongent déjà en vacances!

 

Résumé | 4ème de couv’ :

En se promenant dans les rues d’Athènes, Néna découvre dans une vitrine une paire de souliers vernis rouges semblables à eux qu’elle portait, enfant. Aussitôt, elle remonte le temps et se remémore ceux qu’elle a aimé et lui manquent tant. A la fin du XIXe siecle, Yagos, son arrière-grand-père décide de quitter l’ile grecque de Zante. Avec sa jeune et belle épouse, il partagera une existence faite de passions et de joies mais aussi de peines et d’exils... Alors qu’elle s’apprête à devenir mère, Néna saura-t-elle créer son propre chemin à travers ses racines grecques et turques et accepter ce passé tumultueux?  

 

Avec Les Souliers vernis rouges, on voyage entre l’Ile de Zakynthos et Constantinople en passant par Odessa, Smyrne et Athènes; on voyage aussi entre trois générations de femmes (et d’hommes aussi): Evanthia (la grand-mère), Sappho (la mère) et Néna (la petite-fille).

 

C’est un long roman, on se perd parfois un peu (L’arbre généalogique du début du livre est d’une grande aide d’autant plus avec des prénoms qui se ressemblent!) mais j’ai beaucoup aimé ces Histoires, leurs joies, leurs peines, sur fond de soubresauts du XXe siècle (guerre mondiale, relations avec la Turquie, ...)

 

 

 

 


31/05/2018
0 Poster un commentaire

La délicatesse du homard - Laure Manuel #2018-13

A6BF3EF2-A319-460D-8723-6D133C39D794.jpeg

 

Ce roman m’a un peu fait penser au livre que je viens de lire précédemment, Les délices de Tokyo, pour son côté poétique et un peu énigmatique...

 

Résumé de l’auteur:

 

François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle déclare s’appeler Elsa mais refuse de répondre à tout autre question. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s’apprivoisant s’apaise, leur carapace peine à se fendre…

 

Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ?

 

Mes impressions:

 

Voilà encore une jolie découverte que ce premier livre écrit par son Laure Manel!

 

J’aime les titres un peu curieux, j’ai tout de suite accroché à ce roman à deux voix, celle de François et celle d’Elsa, leur description des faits et leur partage d’émotions à chacun. On a vite envie de percer les mystères de la vie de chacun et on est pris dans l’envie de connaître la suite des aventures...

 

Et puis cette question: François a-t-il bien fait d’accueillir chez lui cette inconnue? Qu’aurions-nous fait à sa place?

 

« Derrière la carapace, il y a une délicatesse subtile et insoupçonnée... »


24/04/2018
0 Poster un commentaire

Les délices de Tokyo de Durian Segekawa #2018-12 #Prixdeslecteurspoche2017

25E66099-09F2-4589-9234-790564D8E06D.jpeg

 

Profiter d’un petit déj à l’hôtel (et d’enfants en train de colorier) pour commencer ce nouveau livre, lauréat du Prix des Lecteurs Poche 2017... et le terminer en deux jours!

 

En résumé (Kobo):

« Écouter la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.

 

Mes impressions:

Une histoire d’amitié entre une vieille dame, un ancien taulard (et une ado) sur fond de pâtisseries japonaises et cerisiers en fleurs, arbres de mon enfance... C’est la rencontre de deux têtes, Tokue et Sentarô, aux points communs insoupçonnables. J’ai été touchée par l’histoire de chaque personnage et les liens qu’ils ont tissés entre eux. J’ai appris un passé que je ne savais pas si proche... 

 

Les saisons s’égrènent au gré des pétales du cerisier en face de l’échoppe...  

 

Je n’ai jamais mangé des Dorayaki mais connaissant leur recette et cette histoire, je me laisserai désormais tenter... 

 

Cette histoire, poétique et poignante, se déguste comme un plaisir sucré et pour ma part aussi vite ;) 

 

Une véritable ode à la cuisine et à la vie, à l’amitié aussi. 

 

Ce roman a été adopté à l'écran, repris dans la sélection ‘Un certain regard’ du Festival de Cannes. L’extrait donne envie...

 

 

Et voici la recette inspirée du livre (elle donne aussi envie...)

 


12/04/2018
0 Poster un commentaire