KidsTrotters.be

KidsTrotters.be

Livres pour les grands


Les délices de Tokyo de Durian Segekawa #2018-12 #Prixdeslecteurspoche2017

25E66099-09F2-4589-9234-790564D8E06D.jpeg

 

Profiter d’un petit déj à l’hôtel (et d’enfants en train de colorier) pour commencer ce nouveau livre, lauréat du Prix des Lecteurs Poche 2017... et le terminer en deux jours!

 

En résumé (Kobo):

« Écouter la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.

 

Mes impressions:

Une histoire d’amitié entre une vieille dame, un ancien taulard (et une ado) sur fond de pâtisseries japonaises et cerisiers en fleurs, arbres de mon enfance... C’est la rencontre de deux têtes, Tokue et Sentarô, aux points communs insoupçonnables. J’ai été touchée par l’histoire de chaque personnage et les liens qu’ils ont tissés entre eux. J’ai appris un passé que je ne savais pas si proche... 

 

Les saisons s’égrènent au gré des pétales du cerisier en face de l’échoppe...  

 

Je n’ai jamais mangé des Dorayaki mais connaissant leur recette et cette histoire, je me laisserai désormais tenter... 

 

Cette histoire, poétique et poignante, se déguste comme un plaisir sucré et pour ma part aussi vite ;) 

 

Une véritable ode à la cuisine et à la vie, à l’amitié aussi. 

 

Ce roman a été adopté à l'écran, repris dans la sélection ‘Un certain regard’ du Festival de Cannes. L’extrait donne envie...

 

 

Et voici la recette inspirée du livre (elle donne aussi envie...)

 


12/04/2018
0 Poster un commentaire

La disparition de Stephanie Miller de Joël Dicker et rencontre avec l’auteur #2018-11

5D15A707-7B8E-436E-AE6B-233CFDEA0C00.jpeg

Début du mois de mars 2018, j’ai passé une chouette soirée dans ma librairie préférée ;) Une rencontre-dédicace avec Joël Dicker alors en tournée pour son dernier roman. J’avais adooooooooré La vérité sur l’Affaire Harry Quebert mais ne savais pas du tout à quoi ressemblait son auteur... J’avoue, je n’ai pas été déçue ;)

 

Bref, c’est un gars sympa, avec beaucoup d’humour et très intéressant à écouter! Il nous a livré quelques petits «secrets » ce soir-là: 

- Il met en moyenne 2 ans et demi à écrire un livre.

- Il ne connaît pas à l’avance la trame de son récit, il l’écrit au fur et à mesure.

- Idem pour ses personnages qu’il crée tout au long du récit. Par exemple, dans l’Affaire Harry Quebert, il voulait commencer avec deux personnages masculins, puis a décidé d’un jeune et d’un plus vieux, puis a voulu ajouter une femme, la petite copine de l’un puis de l’autre, puis finalement une petite fille, ...

- l’Affaire Harry Quebert va être adaptée en série, tournage en cours!

- Selon lui, ses livres ne sont pas des romans policiers/polars mais relèvent d’un autre genre littéraire. Duquel selon vous?

 

Le roman

Alors, j’ai dévoré les 600 et quelques pages, il faut le savoir, quand on commence, on a du mal à décrocher! 

Jusqu‘à la fin, on se demande qui a bien pu tuer le maire Gordon et sa famille lors de la 1e édition du Festival de théâtre d‘Orphea, petite bourgade (sortie de l’ilagination de l’auteur) tranquille en périphérie de New York.

 

6A69473B-AA0C-4509-916F-51227DC6D5D1.jpeg

 

Le roman est composé de courts chapitres relatés par les différents personnages en 1994, date du quadruple meurtre, et en 2014, moment où est relancée l’enquête suite à de nouveaux événements. 

 

Un roman plein de rebondissements comme dans l’Affaire Harry Quebert. Vous l’aurez compris, j’ai adoré!

 

Vous l’avez déjà lu? Ou un autre titre de cet auteur?

 

 


18/03/2018
0 Poster un commentaire

Agatha Raisin enquête... La quiche fatale | Tome 1 de M.C. Beaton #2018-10

C9227633-05AA-4C71-80B5-DC699B58DC16.jpeg

 

La couverture et son illustration rigolote m’avaient déjà attirée dans ma librairie préférée, la promo du jour sur Kobo a fait le reste... Et me voilà plongée dans les aventures d’Agatha Raisin!

 

En résumé: 

Agatha Raisin, Madame Relations Publiques, décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin. [Babelio]

 

Mes impressions...

C’est pas du roman policier pur et dur (les vrais fans de ce genre de littérature seront déçus) mais j’ai passé un bon moment lors de la lecture de ce livre. Je dois l’avouer, elle m’a fait rire cette Agatha...

 

J’ai apprécié la personnalité d’Agatha et sa pugnacité à résoudre l’enquête sur fond d’humour. Agatha Raisin, c’est une Miss Marple d’aujourd’hui (Certains y voient des liens avec Agatha Christine). La cinquantaine, peur de rien, habituée du Red Lion, gaffeuse, qui ne lâche rien,... 

 

Le roman aborde différents thèmes: la retraite rêvée des citadins dans un village de cottages, la communauté qui y habite et la difficulté de s’y intégrer, la résolution d’enquête policière, ...

 

Un roman léger et rigolo, à lire entre deux livres plus intenses, ou au bord de la piscine...

 

Pour prolonger la lecture...

 

Il y a 27 autres tomes et je crois que j’en relirai quelques-uns...

Faut-il les lire dans l’ordre? Quels titres me conseillez-vous?

 

Et ses aventures sont même sorties en série : http://www.programme-television.org/news-tv/Agatha-Raisin-France-3-Qu-est-ce-que-c-est-que-cette-nouvelle-serie-british-4494467. Pour ma part, je la voyais plutôt brune et de style rangée ;) 

Et vous?

 

20FAE0C2-1FED-4C89-AB6B-CAFFE6914454.jpeg


17/03/2018
0 Poster un commentaire

‘Mémé dans les orties’ d’Aurélie Valognes #2018-9

A394DAFA-6808-49D1-88BB-339CC0F13912.jpeg

 

Premier livre téléchargé sur ma liseuse Kobo :) (en ce moment à 3,99€)

 

Je l’avais vu l’été dernier, le titre et son ton humoristique m’avaient déjà tapé dans l’oeil, c’est pour la même raison que je l’ai téléchargé! Et du coup, je le joins à la catégorie « un titre qui prête à sourire » au Challenge Lecture 2018 ‘Mille et une vies’.

 

Résumé de l’auteur:

Solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant... –, Ferdinand Brun, 83 ans, s'ennuie à mourir...
Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot.
Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence.
Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

 

Mon avis:

J’ai apprécié ce livre écrit sur le ton de l’humour: découvrir la vie de Ferdinand, son caractère et son évolution, les manigances de Mme Suarez, la concierge, l‘amitié avec Juliette, ... Un roman positif qui prouve que même à 83 ans, tout est possible (même quand on est un vieux bougre!). Moralité: renouer avec les autres, donner, partager, ... Un livre qui se lit rapidement et qui réconcilie avec les vieux grincheux et les vieilles pestes! Un bon moment de lecture, sans prise de tête, en perspective!

 


07/03/2018
0 Poster un commentaire

‘A Fleur de Peau’ de Saverio Tomasella #2018-8

50DE605C-75A6-4925-BE53-BB627190791C.jpeg

 

... Le roman initiatique des hypersensibles!

 

Voilà un moment que je voulais le lire, la promo du jour sur Amazon (2,99€) était donc une aubaine! L’hypersensibilité, dans la famille, ça nous connaît...

 

L’hypersensibilité n’est pas (uniquement) une sensibilité émotionnelle, c’est aussi tous les sens qui peuvent être exacerbés (goût, odorat, ouïe, vue, toucher) et tout ça ensemble, ça fait beaucoup de stimuli à gérer! Alors, l’hypersensibilité? Une chance... ou pas?

 

Le côté « roman inspiré de faits réels » m’intéressait, plutôt qu’un ouvrage plus théorique sur le sujet. Je me suis laissée emporter dans les aventures de Flora, hypersensible et plutôt incomprise. Elle rencontre Marc, professeur de yoga et de méditation, qui va l’aider à mieux apprivoiser cette hypersensibilité et l’aider à accueillir ses émotions. Ce scénario me fait beaucoup penser au livre ‘Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » de Raphaëlle Giordano où Camille va consulter un routinologue. Dans ce dernier, les trucs et astuces proposés étaient plus terre-à-terre qu’ici où on doit faire plus appel à la réflexion et à la méditation si on souhaite faire un transfert vers sa propre histoire ;) Chaque chapitre se termine par un mémo positif et le livre, par un guide pratique pour ultra-sensibles.

 

J’ai apprécié ce livre et le format Kindle m’a permis de surligner quelques passages - moi qui ne supporte pas écrire dans des livres ;) - que voici:

 

« Elle a parfois l’impression d’être un hiéroglyphe complexe que personne à part Natacha - sa soeur - et Théo - son fils - ne prend la peine de déchiffrer. »

 

« Ces roses qui sont sous ma fenêtre se soucient peu des anciennes roses et des plus belles ; elles sont ce qu’elles sont ».

 

« Ça dépend si on parle de réussite professionnelle ou de développement personnel »

 

« Ne pas réussir à vivre dans le présent, regretter ou anticiper… D’ailleurs, Emerson en parle d’une manière très éclairante. J’aime quand il dit que si la rose est si sûre d’elle, c’est qu’elle ne se compare pas aux autres, et surtout qu’elle ne se compare pas à ce qu’elle était avant ou à ce qu’elle pourrait devenir après. Elle vit le moment tel qu’il se présente. Quelle belle définition du « présent »

 

« Ne va pas là où le chemin te mène, mais là où il n’y a pas encore de chemin, et laisse une nouvelle trace. »

 

« La mentalisation est un cercle vicieux. Un peu comme un ver solitaire. Plus vous nourrissez vos idées fixes, plus elles en redemandent, se goinfrent et en réclament encore. Elles se suffisent à elles-mêmes. La mentalisation vous coupe du réel, et d’abord de votre corps… »

 

« Éviter de rester bloqué dans des schémas connus, que l’on répète à l’infini par facilité, paresse ou confort. À l’inverse, innover, réfléchir, créer… en étant à l’écoute des autres. »

 

« Défendre les sensibles et les originaux face aux stéréotypes et aux conventions ».

 

« Se coucher le soir en disant « merci » aux moments délicieux vécus dans la journée : cette habitude de dire « merci » l’encourage à apprécier de mieux en mieux le bonheur sous toutes ses formes, mêmes les plus simples »

 

« Être heureux ne signifie pas que tout est parfait, mais que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections. »

 

« Des chercheurs de l’université de Harvard ont récemment découvert que les personnes qui sont le plus heureuses sont aussi celles qui pensent souvent au passé et à l’avenir. Elles se remémorent les bons moments qu’elles ont vécus et anticipent ceux qu’elles pourraient être amenées à vivre »

 

Avec ce livre, je participe au Challenge Lecture 2018 ‘Mille et une vies’ dans la catégorie « Disparition »: l’ancienne Flora disparaît au profit de la nouvelle Flora, complètement épanouie...

 


25/02/2018
0 Poster un commentaire